De l'air et de la gravité

avec Hanatsu Miroir

La bande son du spectacle DE L'AIR ET DE LA GRAVITÉ évoque le parcours initiatique d'un personnage inspiré par des figures mythologiques. Isis, Cassandre, Syrinx, Pan ou Apollon se succèdent au coeur d’une évocation musicale et chorégraphique, soutenue par une narration poétique. Fil rouge ténu, les textes sont prétextes à divers jeux vocaux et traitements sonores qui donnent à la narration le caractère d’un troisième interprète : une voix invisible dont les mots résonnent à travers des haut-parleurs répartis dans l'espace.

 

Ayako Okubo, flûtes / Noëllie Poulain, danse et chorégraphie

Jeanne Barbieri, bande son (écriture & narration)

Raphaël Siefert, création lumière

Teaser du spectacle

I.

 

Il m'aura fallu

Tout comme vous

Prendre cette première inspiration

 

Il m'aura fallu

Tout comme vous

Sentir l'air s'engouffrer dans mes bronches

Et m'arracher ce cri

 

Il m'aura fallu crier

Pour apprendre ce geste

Qui fait pulser mon sang

 

Tout comme vous

Il m'aura fallu crier pour l'apprendre

Et pour finalement

L'oublier

 

Ce geste

Je le répète

Tout comme vous

Inlassablement

Sans y penser

 

L'air mène sa ronde

À chaque seconde

Tandis que je m'affaire à vivre

Tout comme vous

 

Je trouve étonnant d'ailleurs qu'une chose

Si légère, invisible,

Une chose qui passe son temps à se faire oublier

Soit indispensable à notre survie

Pas vous ?

 

Lointain est le souvenir de notre premier contact

Désagréable et insoutenable.

Tout comme vous

Il m'aura fallu oublier ce mauvais départ.

 

Il m'aura bien fallu l'oublier

Pour faire un jour de l'air

Mon fidèle allié

 

Redresser mon corps

Debout

Sentir son poids

Et faire ce premier pas

 

Il m'aura bien fallu oublier ce mauvais départ

Pour sauter du nid

Sauter du nid

Pour aller voir de mes propres yeux

Ce que je ne pouvais pas voir

Perchée là-haut

Sur l'arbre de l'enfance

 

L'oubli ayant bien fait son travail

Tout comme vous

J'ai sauté

I. ISIS
00:00 / 02:03

III.

 

Soudain, un jour, d'un coup

 

Le mur

Sous ma main

Se dérobe

 

Le masque

Jusqu'à terre

Tombe

 

Le fard

Sous le poids des larmes

Coule

 

Bat bat bat

Ce coeur

Comme jamais

Animal

 

Comme seul rempart

Ma peau

Et la force de Pan

Quelque part

 

Je m'aventure dans cet endroit

Inconnu

Rivée sur terre

J'ignore le ciel

III. SYRINX
00:00 / 03:12

II.

Vous

Tout comme moi

Moi

Tout comme vous

Eux

Tout comme nous

Moi, eux

Tout comme moi

Vous, tout comme eux

Moi tout comme vous

Tout comme moi

Moi

Tout comme vous

Eux

Tout comme nous

Moi eux

Tout comme moi

Vous tout comme

Eux moi tout comme vous (...)

 

TOUS

 

Nous avons connu le même départ 

La même intrusion de l'air dans nos poumons

 

Pourtant

Il m'aura fallu sauter du nid

Pour entendre vibrer l'air

Dans d'autres bouches

Et ne plus rien y comprendre

 

Quand dans la mienne

Il se mit à faire des tours

Qu'il me fit décrire

Le tableau du monde

Qui dans mon oeil se dessinait

 

Quand dans la bouche de l'autre

Il ne mit que des mots fermés à double tours

Ou est-ce dans la mienne

Qu'il souffla

Une langue insensée ?

 

Quand dans la tête de l'autre

Il s'épaissit à tel point

Qu'il lui boucha les oreilles

Ou est-ce dans la mienne

Qu'il vibra trop faiblement

Pour se faire entendre ?

 

Je me divisai au dedans

 

Je me construisis des murs

Pour regarder le monde

 

Je me fabriquai des masques

Pour déambuler dans la vie

 

J'habillai ma voix

Pour parler à l'autre

Oui, bien sûr / Absolument / Evidemment / Sans aucun doute / Tout de suite / Un plaisir vraiment / Oh ! /Je vous assure / Très bien / Un vrai bonheur / Merci / Je vous en prie / Stop

II. CASSANDRE
00:00 / 02:43

IV.

Il m'aura fallu tomber au sol

Sentir la terre sur ma bouche

Et le goût des Enfers

 

Il m'aura fallu,

Clouée par le ciel,

Me retrouver là

Enfoncée dans la boue

Sentir l'air s'engouffrer dans mes bronches

 

Les premières fleurs de ma tombe

Tout autours

 

Il m'aura fallu mourir

Pour sentir en moi

La naissance d'une aile

 

Son battement léger

Sa force à soulever sans effort mon corps d'argile

Prendre cette première inspiration

 

Dans ce carré blanc

Mangé par les nuages

Je vois se découper

Les silhouettes noires

Des savants de l'air

 

Ceux là mêmes qui savent si bien voler

Qu'ils ont oublié depuis bien longtemps

Qu'ils savent

 

Prendre cette première inspiration

Tout comme vous, tout comme moi

Sauter du nid

​À nouveau

IV. LACONISME
00:00 / 02:56